Depuis six siècles on y parle d’une petite fille au bonnet rouge, la présence du loup, l’enfant avalé vivant qui se retrouve indemne et une pierre qui prend la place de l’enfant. Comme chaperon face au loup, nous ouvrirons nos sens car on se sert de tous ses sens pour comprendre le monde. Chaperon n’a besoin de personne pour se jurer que jamais de sa vie, elle ne quittera le chemin pour courir dans les bois. Grâce à son expérience, elle sera capable de se déterminer toute seule. Chacun pourra « creuser » ce conte à différents niveaux selon sa volonté, sa curiosité, son courage de voyager dans son inconcient. Tel conte de notre grand-mère revenant à notre mémoire sous l’influence d’une vibration particulière nous semble parfois un avis céleste, une voix de la conscience.

chaperon2

Préparez votre journée de travail, votre atelier en découvrant les sens cachés de ce conte, amusez-vous, connectez-vous à votre inconscient :

– Une petite fille naîve, séduisante, qui est incite à négliger les avertissements de sa mère et qui s’amuse avec innocence  en toute bonne foi.
– Le participant peut ressentir des  difficultés et angoisses, de se trouver face à l’attachement qui le rend dépendant vis à vis de sa mère et de devoir y renoncer.
– Chaperon hésite entre le principe de plaisir et le principe de réalité.  Elle cueille les fleurs et ne reprend conscience de ses obligations que lorsqu’elle ne prend plus plaisir à sa cueillette et cesse d’obéir à cette impulsion première.
– Le petite chaperon rouge face au loup qui a mangé la grand-mère elle ouvre ses quatre sens : l’ouille, la vue, le toucher et le goût.  Chaque participant est invité à ouvrir ses sens pour percevoir plus largement le monde.
– Il est important de comprendre sa nature, qui on est vraiment et apprendre ce qui nous rend si séduisant comme le loup.
– Si séduisante que soit notre naïveté, il est dangereux de rester naïf toute sa vie.

LA MAISON DE LA FORET ET LA MAISON FAMILIALE
– La maison familiale représente l’abondance, l’enfant est heureux de partager des victuailles à sa grand mère, symboliquement un pot de confiture et des galettes.
– Le petit chaperon rouge quitte volontiers sa maison, mais chaque participant le vivra différemment.
– Un seul et même lieu peut être ressenti de façon différente en raison d’un changement survenu (à chacun de prendre conscience de sa propre histoire de maison).
– Le parcours de la petite fille ressemble fort à un jeu de piste.  Aller de la maison de la mère à la maison de la grand mère c’est remonter à l’origine mère de la vie.  Qu’y a t’il en amont de la maison où je suis née, la maison où ma mère est née….

LE CHEMIN
– A peine sortie de sa maison, le petit chaperon rouge trouve un chemin bien tracé et sa mère lui dit de ne pas sans écarter,
– Le monde extérieur ne lui fait pas peur, elle s’expose aux dangers en quittant son chemin.
– Elle rencontre (symbolisé par le loup) des forces de destruction.
– Le loup représente les tendances indésirables, le séducteur mâle.  le dangereux séducteur qui se fait le meurtrier de la bonne mère grand et de la petite fille.
– Sont mises en conscience les tendances égoïstes, asociales, violentes, destructrices.
– Séduire, être séduite, séduction, effort fait pour que l’autre t’aime plus que tout le monde.
– Pour aller chez la grand-mère il faut traverser la forêt.

LA FORET
– Le bois plein d’yeux reste le lieu d’une initiation, qui est manquée.
– Ce voyage dans l’espace se double d’un voyage dans le temps, travail fait en expansion de conscience dans cet atelier.

LE CHASSEUR
– montre une figure paternelle forte, responsable, sauveteur.
– Sont mises en conscience les tendances altruiste , sociables, réfléchies…
– Il sauve les bons et puni les méchants, il a un dessein hautement social.

FIN
– Après avoir été plongé dans la profondeur des ténèbres, le petit chaperon rouge est prête à apprécier une nouvelle lumière à comprendre mieux les expériences émotionnelles qu’elle doit maîtriser et celle qu’elle doit éviter pour ne pas se laisser engloutir par elles.
– La maîtrise des expériences qui nous dépasse ne dépend que de nous.
– Le petit chaperon rouge ne dépend de personne pour se jurer plus de sa vie elle ne quittera le chemin pour courir dans les bois.
– Les contes sont une mise en garde qui dit à l’enfant de ne jamais s’éloigner du chemin étroit de la vertu « la vérité absolue » avec soi même.